Home Towards a subjective collective cartography
QU'EST-CE QUE C'EST?
WHAT IS THIS?
WAT IS HET?
SEARCH
CONTACT
40 more maps that
Ton Bruxelles, (...)
Mapping for Niger
Villa Morel
les 9 yeux de google
Un très beau rayon
Dans et hors la (...)
L’incroyable téléphér
Dans les plis de la
Maps of Babel
Actions
Anouncements
Architecture
Art
Atlas
Ballades urbaines
carto
catalogue
collaborative
collective
commune
Conflicts
Data model
Diagram
Economy
Exploration
Free data
G.P.S
Game
gentrification
geodemographic profiling
Graphics
Humour
idées-théories
Imagination
inspiration
journal des outils
map
Mindmap
Multi-layered
politic
Print
projets
Psychogeography
Route
Satellite
sensible
software
sound
Statistics
subjective
Surveillance
Topology
transports
transversale
tresor
typographie
October 2010
September 2010
February 2010
October 2009
August 2009
March 2009
February 2009
January 2009
December 2008
October 2008
September 2008
July 2008
June 2008
May 2008
April 2008
March 2008
February 2008
January 2008
December 2007
November 2007
October 2007
September 2007
August 2007
July 2007
June 2007
March 2007
February 2007
January 2007
December 2006
November 2006
October 2006
September 2006
August 2006

Des logiciels libres aux données libres
2009-07-15 11:20:44 - by Nicolas Malevé

Un article fort complet d’ Yves Jacolin sur les logiciels et données libres pour la géomatique. On y apprend entre autres qu’ Openstreetmap adopterait une nouvelle licence (en remplacement de la licence Creative Commons actuelle) pour préciser davantage ce que signifie la réutilisation de données et les travaux dérivés.

Lire en ligne

(Merci P !)

La flambée du bio-business
2009-05-28 15:37:15 - by Antoine Berlon

JPEG - 19.6 ko
earth2tech

Lorsqu’un consensus apparaît dans l’opinion publique, il est bien rare de ne pas trouver un régiment de businessmen pour s’en emparer et surfer sur cette tendance lucrative.
Dans un premier temps, ce vent d’approbation globale permet de lever des fonds, et ensuite, bien sûr, de vendre un produit beaucoup plus facilement en bénéficiant d’une image éthique et responsable, ce qui n’est pas donné à toutes les entreprises.

Il y a 10 ans donc, alors que les chiffres d’analyse prospective étaient les mêmes qu’aujourd’hui, c’est à dire qu’ils prévoyaient la fin du règne du pétrole pour les années 2050, une société avait pourtant bien du mal à trouver de l’argent pour financer une activité de recherche en carburant de substitution. Les Etats-Unis se foutaient ouvertement de Kyoto, les grands groupes pétroliers refusaient d’accepter cette réalité mathématique, les fabriquants de voitures continuaient de traiter la crise environnementale à coup de pots catalytiques et le consommateur se sentait super-responsable quand il achetait du déodorant Narta avec le petit logo "préserve la couche d’ozone".
Mais aujourd’hui, tout à changé.
En France, il y a Nicolas Hulot et son pacte, aux Etats-Unis, Scwharzenegger et son hydrogène, et tout le monde s’accorde à dire qu’il faut sauver la planète, tout en s’assurant si possible de pouvoir continuer à aller chercher le pain en bagnole.
En économie, c’est ce qu’on appelle un "secteur porteur", et si vous avez besoin de millions, c’est vers lui qu’il faut impérativement se tourner (comme ce fut le cas d’internet il y a 10 ans).

Afin de mettre en évidence cette réalité, le site Earth2Tech a donc décidé de répertorier les 101 start-up majeures créées dans ce très éthique domaine des "énergies propres", et de les représenter sur une carte. En cliquant sur les petits logos, on peut ainsi découvrir combien de millions la société est parvenue à lever, ainsi que les dernières infos relatives au secteur.

D’apparence très encourageante pour les générations à venir, cette carte a pourtant la terrible qualité de nous mettre face aux mécanismes capitalistes, eux-mêmes dénués de toute éthique, mais dont la capacité d’analyse prospectiviste permet de se glisser dans des niches financières spécifiques tout en profitant du "capital-éthique" qu’elles contiennent.

Espérons que cette carte sera actualisée dans les années à venir, afin de saisir pleinement une autre grande capacité du capitalisme mondialisé : celle de transformer une multitude d’initiatives, opportunistes ou citoyennes, en conglomérats financiers détenus par les trois ou quatre multinationales. Aucune raison, en effet, pour que les énergies dites "propres" ne subissent pas à leur tour cet enviable sort.

Et quand on sait que jusqu’à présent, les grands groupes pétroliers étaient particulièrement bien placés pour financer l’essentiel des campagnes électorales des partis politiques occidentaux, cette carte pourrait bien, à terme, devenir la représentation (géo-)graphique des nouveaux méta-décideurs du 21e siècle.
source :www.fluctuat.net