Home Towards a subjective collective cartography
QU'EST-CE QUE C'EST?
WHAT IS THIS?
WAT IS HET?
SEARCH
CONTACT
40 more maps that
Ton Bruxelles, (...)
Mapping for Niger
Villa Morel
les 9 yeux de google
Un très beau rayon
Dans et hors la (...)
L’incroyable téléphér
Dans les plis de la
Maps of Babel
Actions
Anouncements
Architecture
Art
Atlas
Ballades urbaines
carto
catalogue
collaborative
collective
commune
Conflicts
Data model
Diagram
Economy
Exploration
Free data
G.P.S
Game
gentrification
geodemographic profiling
Graphics
Humour
idées-théories
Imagination
inspiration
journal des outils
map
Mindmap
Multi-layered
politic
Print
projets
Psychogeography
Route
Satellite
sensible
software
sound
Statistics
subjective
Surveillance
Topology
transports
transversale
tresor
typographie
October 2010
September 2010
February 2010
October 2009
August 2009
March 2009
February 2009
January 2009
December 2008
October 2008
September 2008
July 2008
June 2008
May 2008
April 2008
March 2008
February 2008
January 2008
December 2007
November 2007
October 2007
September 2007
August 2007
July 2007
June 2007
March 2007
February 2007
January 2007
December 2006
November 2006
October 2006
September 2006
August 2006

Traces du workshop : les sols de Bruxelles
2006-12-20 05:00:27 - by Pierre Huyghebaert

La video de Tom Vigar

Visions cartographiques
2006-12-14 01:48:27 - by Nicolas Malevé

Les vilaines cicatrices de la civilisation

Visions cartographiques se présente comme:

[un blog ...] destiné à présenter, sous forme d’esquisses ou de documents finalisés, des projets cartographiques en gestation (pour les présenter au public et pouvoir les développer collectivement), une réflexion sur la création cartographique, les manipulations et utilisations politiques des cartes, des projets artistiques dans lesquels la cartographie tient une place importante et des réalisations cartographiques ou géographiques anciennes (pour leur intérêt historique).

Plusieurs articles traitent de la participation du cartographe, Philippe Rekacewicz, auteur du blog, à l’exposition "Frontières" qui se tient au Museum de Lyon du 3 octobre au 4 février 2007.

le Muséum de Lyon a décidé de présenter, pour illustrer huit problématiques inhérentes à la question des frontières politiques (les huit « mondes » frontaliers de l’exposition), non pas les cartes « finalisées », c’est-à-dire imprimées, mais plutôt les esquisses préparatoires crayonnées dont l’aspect incertain témoigne de ce qu’est la frontière elle-même : ambivalente et paradoxale (elle sépare autant qu’elle regroupe).

Je ne résiste pas au plaisir d’épingler un dernier extrait:

Pourtant, l’esquisse, premier jet, est souvent un révélateur plus authentique, plus fidèle de la pensée du cartographe. L’ordinateur perverti : il fige froidement et artificiellement des situations souvent fort mouvantes. L’esquisse est plus dynamique, les mouvements, les formes, les couleurs s’y expriment avec plus de vie. On peut renforcer les traits, jouer sur les contrastes, exprimer fortement le caractère aléatoire de la géographie du monde. La carte-esquisse est autant une émotion artistique que politique. Lors des grands découpages contemporains, du Congrès de Vienne à Yalta, des générations de diplomates ont gribouillé, dessiné à la main maintes esquisses malhabiles, imparfaites, pour tenter de trouver les tracés frontaliers qui leur étaient le plus favorable

L’esquisse préfigure la carte, permet d’exprimer plus librement mais plus subjectivement le caractère incertain ou temporaire de ces lignes de partage et la diversité de leur statut : il y a aussi des « murs » dans les têtes, des frontières culturelles, symboliques, que seuls les crayons de couleurs arrivent à formellement mettre en valeur.

Voir le site: http://blog.mondediplo.net/-Visions-cartographiques-

Carto.net, scalable vector graphics
2006-12-12 22:33:35 - by Nicolas Malevé

Un pointeur vers un site de cartographes qui s’intéressent aux outils interactifs et particulièrement à l’implémentation du standard SVG (Scalable Vector Graphics). Ils et elles ne se contentent pas d’analyse mais mettent aussi la main à la pâte en réalisant des exemples.

Un extrait:


Un problème souvent évoqué est l’impossibilité de diffuser à l’utilisateur final des représentations graphiques 2D en mode vectoriel. Une telle technique permettrait de développer l’interactivité et des fonctions telles que le zoom et le pan (panoramique). La qualité de reproduction graphique augmenterait également de façon significative. La représentation du texte et de l’image raster est standardisée depuis longtemps. Or les cartographes ont besoin d’un certain nombre de fonctions complémentaires. Certaines ont pu être réalisées au moyen scripts complexes, soit côté serveur soit côté client, mais toujours en utilisant des images raster.
[...]
Le présent article traite d’abord du problème des standards d’Internet, en grande partie responsables du retard de l’application du graphisme vectoriel, suivi par une discussion sur les autres possibilités - dont quelques unes furent disponibles dès 1996 - permettant d’inclure du graphisme vectoriel dans un environnement web. Les exigences techniques requises par le graphisme vectoriel sont expliquées, ainsi les technologies complémentaires les plus importantes. Dans la partie principale, la nouvelle norme SVG est présentée, accompagnée d’une discussion détaillée sur les points concernant plus particulièrement la cartographie. Les exemples sont consultables sur des pages web spécialement réalisées pour les "Kartographischen Nachrichten", ainsi que les codes-source commentés.